Réaction de la SANB suite à la modification du projet de loi C-35 par le Sénat


Petit-Rocher (Nouveau-Brunswick), le jeudi 7 décembre 2023 - La Société de l'Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB) exprime sa reconnaissance envers le sénateur René Cormier et à la majorité des membres du Sénat pour avoir adopté, mercredi dernier, une motion visant à inclure explicitement les communautés de langue officielle en situation minoritaire dans la portion du projet de loi C-35 qui concerne l'engagement financier des gouvernements.

«Nous croyons vraiment que cette mesure aura un impact positif ici en Acadie, en renforçant nos institutions éducatives et culturelles. C'est un pas important pour soutenir et protéger notre identité linguistique et culturelle », affirme la présidente de la SANB Nicole Arseneau-Sluyter.

Cette avancée, qui reconnaît une obligation de financer la petite enfance en français en milieu minoritaire, représente une victoire significative pour la francophonie canadienne et l'importance de préserver et promouvoir nos droits linguistiques.

La présidente de la SANB et le directeur général, Ali Chaisson, ont témoigné devant le Comité SOCI du Sénat en octobre dernier au sujet du projet de loi C-35. La SANB a plaidé pour la reconnaissance de la spécificité du Nouveau-Brunswick selon l'article 16.1 de la Charte, qui reconnaît la province comme bilingue avec des statuts égaux pour le français et l'anglais, soulignant qu’un accès aux garderies en langue française est crucial pour la continuité éducative.

La SANB reste attachée à son mandat de défendre et de promouvoir les intérêts de la communauté acadienne et francophone du Nouveau-Brunswick. La présidente, Nicole Arseneau-Sluyter, souligne que l’adoption de cette motion constitue un pas vers la préservation de la langue et de la culture dans les communautés linguistique francophones partout au pays. Elle appelle les parlementaires à poursuivre cette avancée.

« Suite à la progression au Sénat en faveur de nos communautés, nous appelons maintenant les membres de la Chambre des communes à appuyer pleinement le projet de loi modifié. Cela contribuera à renforcer les droits linguistiques et à assurer un accès juste aux services essentiels, dont la petite enfance en français », a conclu Mme Arseneau-Sluyter.

-30-

Pour plus d'informations ou pour organiser une entrevue, veuillez contacter :

Lucia Obama Eyang

Direction des communications à la SANB

Communications@sanb.ca

Cellulaire: 506-233-5624


Vers le haut